Salsa: la musique

Naissance | Origines | Développement | Facteurs du boom actuel
Styles musicaux | Artistes fondamentaux

  • Naissance:

    Spanish Harlem
    , le quartier hispanophone de New York, à la fin des années 60.

  • Origines:

    la musique afro-cubaine, notamment le Son et le Guaguancó, ainsi que la fusion de ces derniers avec le Jazz et ses big bands: le Mambo.

  • Développement:

    boom dans les années 70 au sein des communautés hispanophones aux Etats Unis et en Amérique Latine, période creuse dans les années 80, grand retour à la mode et déferlante mondiale à partir des années 90.

  • Quelques facteurs probables du "boom" de popularité actuel:

    Aux Etats-Unis, la Salsa est souvent l'instrument d'une recherche identitaire de la part des enfants des immigrés latino-américains nés aux Etats-Unis, qui souvent comprennent à peine le texte des chansons, mais apprennent à la danser et à l'écouter poussés par une curiosité envers leurs origines.

    On peut également évoquer l'augmentation du pouvoir d'achat de cette communauté, ainsi que de celui des populations des pays d'Amérique Latine.

    Par ailleurs, dans l'Amérique "non-latine" comme dans le reste du monde, la Salsa est un produit idéal pour une population jeune, plutôt instruite, en âge de travailler et habitant en milieu urbain: elle allie exotisme, complexité, danse et convivialité tout en se différenciant sensiblement de tout ce qui est offert au grand public de ces pays. De plus, elle incarne à merveille le métissage culturel si caractéristique de notre époque, et étant une musique d'expression hispanophone, elle est souvent vécue comme une alternative à la domination anglo-saxonne.

    Au delà de toutes ces explications rationnelles, comme pour toute musique, il y a pour la Salsa une grande part d'émotionnel, et l'on parle souvent du caractère envoûtant, voire magique des rythmes afro-cubains. Il y a dans cette musique quelque chose d'inexplicablement épanouissant, et certains parlent d'un état de semi-transe associé à la danse. Sans aller aussi loin, il me semble clair que comme dans beaucoup de musiques se basant sur des éléments traditionnels, il y a dans la Salsa une part de divin qui a sans doute à voir avec les rythmes sacrés Yoruba. Dans la Salsa classique, ainsi que dans la Timba cubaine, les paroles des chansons évoquent d'ailleurs souvent des divinités de la Santería… Alors Salsa = musique des dieux ? La question reste posée.

 

  • Styles musicaux:

    à ses débuts, dans les années 70, la Salsa était un style musical nouveau, dont les principales caractéristiques étaient: généralement un rythme et une structure de Guaguancó, une orchestration de charanga dans laquelle on remplace les violons par une section de cuivres, des textes largement narratifs, à thématique souvent afro-caribéenne, et la présence du soneo. Malgré la diversité et l'originalité individuelle des divers artistes des débuts, la présence de ces éléments dans leurs productions est manifeste et constitue un "tronc commun" que je qualifirais de "Salsa classique". Au cours des années, on a vu se développer plusieurs courants:

    La Salsa consciente: ou Salsa à texte. Hector Lavoe, Rubén Blades et Willie Colon sont les principaux artistes représentatifs de cette tendance, qui se caractérise par des textes riches, poétiques, avec un fort contenu revendicatif, social, voire politique. Elle prend forme vers le milieu des années 70.

    La Salsa romántica ou erótica: appelée Salsa monga (molle) par ses détracteurs, ce style allie mélodie douces et romantiques à des rythmes souvent lents, et des textes romantiques voire érotiques. L'art du soneo est souvent abandonné au profit de voix qui "collent" avec la thématique des chansons. La Salsa romántica inclut de nombreuses reprises de boléros, d'ou le sobriquet de bolero rítmico. Cette tendance prend forme dans les années 80, pour culminer vers le début des années 90. Artistes représentatifs.

    La Timba, également appelée Salsa cubaine actuelle: ce style musical est initié par Juan Formell y los Van Van, à Cuba, vers le début des années 80, mais ne prendra son envol qu'au début des années 90. Il se caractérise par une forte composante rythmique, une forte influence de la Charanga, avec la présence de violons, et des influences de jazz et de funk. La Timba a longtemps nié son appartenance à la Salsa, décriée comme une musique américanisée, pour finalement adopter cette appellation lors de l'explosion de sa popularité dans le monde entier… sauf aux Etats-Unis, où elle reste largement absente, du fait de l'embargo, ainsi que de la domination de la musique portoricaine dans ce pays. Artistes représentatifs

    La Salsa new-yorkaise moderne: ce style, largement initié par le compositeur-arrangeur new-yorkais Sergio George, reste, au niveau des textes, dans le registre de la romántica, mais revient vers une Salsa plus rythmée, en s'inspirant en partie de la Timba cubaine rythmiquement, de la pop américaine pour les mélodies, et intégrant des éléments de hip-hop voire de ragga pour certains artistes résolument "fusion" comme le groupe DLG. Souvent décriée comme n'étant plus de la Salsa, cette tendance a pour mérite d'être extrêmement populaire auprès d'un public latino jeune, qui de ce fait revient vers la Salsa. Artistes représentatifs.

    La Salsa colombienne: dans les années 80, alors qu'aux Etats-Unis, la Salsa connait une période de creux qui semble annoncer sa fin, la vague salsera frappe la Colombie, et elit Cali comme capitale. La Salsa colombienne, dans son ensemble reste encore aujourd'hui proche des racines "classiques", avec des textes largement narratifs, et dans sa diversité, conserve un son qui lui est propre. Artistes représentatifs.

 

Quelques artistes et groupes fondamentaux:

Attention: cette approche est délibérément simplifiée:

  1. ces listes ne se veulent pas exhaustives, et ne prétendent en aucun cas juger de la qualité des œuvres d'un artiste donné. Il s'agit uniquement des artistes et groupes les plus populaires dans chaque style.
  2. Le classement par style a forcément quelque chose d'arbitraire. Il s'agit uniquement de donner au lecteur une idée des différents courants existant au sein de cette musique, et de placer de façon approximative chaque artiste / groupe par rapport à ces courants. Ainsi, El Grupo Niche pourrait aussi bien faire partie des grands classiques que de la Salsa colombienne, mais étant LE groupe colombien de référence, nous avons choisi de le classer dans "les colombiens".
  3. Si vous avez des commentaires ou suggestions, ils sont les bienvenus. Ecrivez-moi à jacques@salsaweb.com

 

Les classiques

 

Les Colombiens

  • El Grupo Niche
  • Orquesta Guayacán
  • Joe Arroyo
  • Los Latin Brothers
  • Fruko y sus Tesos
  • La Sonora Carruseles
  • El Grupo Galé

 

Les Cubains

  • Los Van Van (Juan Formell y…)
  • Manolito y su Trabuco
  • NG la Banda
  • Bamboleo
  • Dan Den (Juan Carlos Alfonso y su…)
  • La Charanga Habanera
  • Isaac Delgado
  • Klimax

 

Les Portoricains / new-yorkais

- Salsa romántica:

 

- Salsa new-yorkaise moderne:


Contre-vérités et idées reçues
Salsa: la musique| Salsa: la Danse

Lexique

 


Accueil | Musique | Forum | Magasine | Guide Salsa à Paris | Liste de diffusion | Salsabor

Touts droits de reproducton réservés ©Salsa-fr.com, 2000
Pour toute information sur ce site, écrivez à webmaster@salsa-fr.com